Il vous reste

pour voter CGT

Le collectif médecins dénonce la «nouvelle AP-HP»

Dans le cadre de la campagne des élections professionnelles 2018, l’USAP-CGT porte à votre connaissance les prises de position du collectif médecins sur l’avenir de l’AP-HP. Ils appellent à faire preuve de solidarité avec les personnels qui seront appelés à voter lors des élections professionnelles.

Le collectif des médecins a passé au crible le plan de transformation conçu par la direction générale sous le nom de « Nouvelle AP-HP » et approuvé par le conseil de surveillance en juin dernier. À travers le langage officiel et la novlangue technocratique, ils ont décelé des projets inquiétants pour l’avenir du plus grand hôpital public de France.

Récurrents, les thèmes de l’efficience et de la performance montrent clairement la volonté de la direction générale de s’identifier à une entreprise dont l’objectif est le profit. L’intérêt des populations et les conditions de travail sont rarement mentionnés et la nouvelle organisation du temps de travail de 2016 (et ses ravages sur les équipes) n’est à aucun moment remise en question. Aucune évocation non plus du rôle de l’AP-HP dans la résorption des déserts médicaux d’Île-de-France. Les médecins montrent également du doigt la « réduction capacitaire » actuellement à l’œuvre au sein de l’AP-HP, pour son inefficacité financière et ses effets délétères sur l’articulation entre la médecine de ville et l’hôpital.

Si le malaise des personnels est abordé, c’est davantage pour le relier à une prétendue rigidité des cadres administratifs existants, des statuts excessivement protecteurs. En revanche, la « concurrence internationale » est brandie comme principale menace du fleuron AP-HP, dont la recherche médicale sert davantage à valoriser l’excellence qu’à mieux soigner les patients.

Dans le document de la direction générale, le projet de démantèlement de l’ensemble AP-HP se dessine clairement, ainsi que la suppression programmée des statuts protecteurs de ses personnels et à terme du statut unique de la fonction publique hospitalière.

À l’inverse, les médecins de l’USAP-CGT soulignent l’intérêt d’une institution comme l’Assistance publique-hôpitaux de Paris pour les patients, car elle permet de prendre en charge une personne durant toute la durée de son traitement, depuis son entrée à l’hôpital jusqu’à la fin de sa convalescence. Une fluidité de prise en charge unique en France.

Enfin, le projet de l’hôpital Nord est fustigé pour la réduction drastique de l’offre de soins qu’il implique notamment en Seine-Saint-Denis, l’un des départements les plus pauvres de France. Quant à l’obsession du « virage ambulatoire », il vise bel et bien à fermer des lits, dans un pays dont la population vieillit et a besoin de lits d’hôpitaux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

  • Nous suivre